Rejoignez les

personnes qui ont déjà participé!

J’écris à mon député

Inscrivez votre code postal pour envoyer un courriel automatiquement à votre député(e), à votre Premier Ministre Justin Trudeau, au ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos ainsi qu’aux chefs partis politiques du Canada.

1. Quel est votre code postal ?

2. Quel est votre nom ?

3. Quel est votre adresse courriel ?

J’écris à mon député

Désolé, vous avez déjà utilisé notre service et vous ne pouvez le faire qu’une seule fois.

Votre député est

Justin Trudeau

Voici le courriel que nous enverrons pour vous

Montréal, le 17 août 2018

L’honorable Jean-Yves Duclos
Ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social
Député de Québec
Chambre des Communes
Ottawa (Ontario)  K1A 0A6

Monsieur le ministre,

C’est avec confiance que je viens solliciter votre active collaboration, à titre de ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, afin de corriger une iniquité qui pénalise des milliers de travailleurs canadiens et de travailleuses canadiennes qui sont prestataires de l’assurance-emploi pour cause de maladie. La durée de ces prestations, limitée à 15 semaines (article 12(3)C) et inchangée depuis 1971, est nettement insuffisante pour permettre un rétablissement adéquat quand on sait que dans le cas d’une maladie grave, comme le cancer, la durée moyenne d’un programme de traitements est estimée à 52 semaines.

Permettez-moi d’attirer votre attention sur les principales réalités suivantes :

  • CONSIDÉRANT QU’une proportion importante de Canadiens connaîtront de sérieux problèmes de santé physique et mentale au cours de leur vie qui handicaperont leur capacité à exercer leur emploi et limiteront leur autonomie personnelle, familiale et professionnelle — à titre d’exemple, un Canadien sur deux sera victime d’un cancer au cours de sa vie;
  • CONSIDÉRANT QUE les prestations de l’assurance-emploi pour cause de maladie sont actuellement d’une durée de 15 semaines et n’ont connu aucune évolution depuis 47 ans, soit depuis 1971;
  • CONSIDÉRANT QUE le nombre de demandes de prestations de maladie touche 53 % des femmes, dont un pourcentage important de mères de famille monoparentale, qui sont dans une plus grande situation de vulnérabilité financière que les hommes (Re : Emploi et développement social Canada : Rapport de contrôle et d’évaluation de l’assurance-emploi pour l’exercice financier commençant le 1er avril 2015 et se terminant le 31 mars 2016);
  • CONSIDÉRANT QUE seulement 27,2 % des travailleurs canadiens (ISQ-2014) sont syndiqués et peuvent éventuellement bénéficier d’un régime collectif d’assurance salaire;
  • CONSIDÉRANT QUE la Loi actuelle de l’assurance-emploi est inéquitable pour les personnes atteintes d’une maladie grave et que, hormis les États-Unis, le Canada est, de loin, le moins généreux des pays du G8 en ce qui a trait à la période de prestations de maladie, étant donné qu’il est le seul à offrir des prestations d’une durée inférieure à un an;
  • CONSIDÉRANT QUE, depuis 2009, à l’échelle nationale, une pétition ayant recueilli plus de 500 000 signatures a été mise sur pied pour faire changer les choses en faveur d’un meilleur avenir pour tous, ce qui en fait l’une des plus importantes pétitions jamais présentées au Parlement canadien;
  • CONSIDÉRANT QUE cette pétition a déjà fait l’objet de plusieurs dépôts à la Chambre des communes et que pas moins de sept projets de loi visant à corriger cette situation ont aussi été présentés par les partis NPD, Bloc québécois et Libéral (C-291, déposé par le député Denis Coderre, le 28 septembre 2011, avec l’appui personnel de l’actuel premier ministre) ;
  • CONSIDÉRANT QUE vous avez personnellement déclaré, au journaliste Patrice Roy, prendre l’engagement suivant sur les ondes de la télévision de Radio-Canada, le 5 septembre 2016 : « Nous allons revoir ce délai (de 15 semaines) et les procédures… » et que rien n’a encore été amorcé à ce sujet;
  • CONSIDÉRANT QUE la personne qui bénéficie d’une aide à sa guérison, qui retrouve son estime de soi ainsi que sa place de citoyen actif coûte moins cher à la société qu’un patient qui termine sa vie en étant bénéficiaire d’une aide gouvernementale;
  • CONSIDÉRANT QUE l’inadéquation de ces prestations coûte actuellement beaucoup plus cher à notre société que la mise à jour de ce régime des plus désuets;

EN CONSÉQUENCE, demandons tous ensemble à ce que soit ramené sur le devant de la scène politique canadienne le combat concernant l’amélioration du régime des prestations de maladie de l’assurance-emploi, dans une perspective d’accroître la sécurité économique et sociale des Canadiens et de faire en sorte que ceux-ci soient en mesure de vivre dans la dignité à laquelle ils ont droit.

En vous remerciant de l’attention et de l’importance pleinement justifiée que vous accorderez à ce plaidoyer, je vous sais gré de bien vouloir rappeler au premier ministre, de même qu’à vos collègues parlementaires, l’importance et la nécessité de moderniser notre système de soutien au revenu des travailleurs afin de mieux l’harmoniser aux réalités du marché du travail d’aujourd’hui.

Je vous prie d’agréer, monsieur le ministre, l’expression de mes salutations respectueuses.

John Smith
john@smith.com

Merci de votre support !

Le courriel a été envoyé. Vous en avez aussi reçu une copie.

Contactez-nous

Questions ou commentaires? Écrivez-nous!